Pourquoi le terme « engagement » en marketing digital n’a rien d’engageant.

engagement_maritalEngagement : comment le marketing digital banalise son usage en l’exploitant à outrance

Il existe de multiples formes d’engagements. Engagement marital, familial, citoyen ou politique…nous sommes exposés à l’engagement tout au long de notre vie.

La définition classique explique qu’il s’agit d’un acte par lequel on s’engage à accomplir quelque chose, via une promesse, une convention ou un contrat par lequel on se lie. Il s’agit ensuite de faire « honneur » à ses engagements, de façon volontaire ou contrainte.

En marketing digital, on parle d »engagement » dans de nombreuses situations, comme l »engagement social » sur les réseaux sociaux, ou le niveau d »engagement vis à vis de la marque ».

En réalité, l’engagement d’un point de vue marketing ne fait que quantifier le nombre ou le taux d’interactions entre l’internaute et la marque, notamment via les réseaux sociaux.

Un like, partage ou commentaire de l’internaute est relevé comme un signe d’intérêt. Même si il s’agit d’une action gratuite et (très) éphèmère.

L’emploi marketing du mot « engagement » fait suite à la définition de Kiesler et Sakumura, à savoir « le lien qui unit l’individu à ses actes comportementaux » (1966).  On ne mesure plus les idées ou les croyances mais les actions, dont celles réalisées en tant que consommateur ou utilisateur. Dommage que le concept ne soit appliqué qu’au premier degré ! Si un acte d’achat peut être traduit comme un signe d’intérêt réel (et concret), qu’en est il d’un simple « like » ? Ce dernier peut aujourd’hui être interprété sur plusieurs plans de la psychologie du comportement… En tout cas, banalisé et utilisé à toutes les sauces, « l’engagement » est aujourd’hui un terme dénaturé.

Appelons un chat un chat et précisons notre vocabulaire. Par exemple, si on mesure le nombre d’interactions, parlons d’interactions ! Une visite sur un site de vente est un signe d’intérêt , parlons de visite de courtoisie, de curiosité, affinitaires, opportuniste, etc. Le marketing a l’art et la manière de segmenter les situations en typologies comportementales, depuis les « suspects » au « client fidélisé ». Reprenons les bases de la segmentation pour en définir  retenons que par principe, les seuls engagements valables sont ceux qui « mettent en gage » un élément personnel, même minime.

Raphaël Enthoven, promesse vs engagement, chronique radio

clic bonus chronique radio Raphaël Enthoven : « de la différence entre promesse et engagement ».

Publicité

Une réflexion sur “Pourquoi le terme « engagement » en marketing digital n’a rien d’engageant.

  1. Ping : Vidéos réseaux sociaux : Quand la recherche d’engagement marketing décuple infobésité et pollution numérique – digital digest marketing

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.