Quelle place digitale dans le business model Netflix ? Maj 13.02.19 / 08.11.20

Le premier confinement a confirmé le succès mondial du modèle Netflix qui est devenu en quelques années la nouvelle référence de l’entertainment et attisent les appétits et défenses des acteurs TV historiques, de Disney mais aussi Amazon. .Rappelons ici les principes annonciateurs de ce succès. L’article qui suit a été publié pour la première fois en 2015 :

« Netflix est un gars à l’américaine, solide, avec des ambitions sérieuses, et une vision mondiale.  Arrivé sur le (petit) marché français en 2014 dans un paysage audiovisuel bien quadrillé, au moment le groupe Canal Plus fêtait ses trente ans de programmes novateurs, il paraissait handicapé. Son modèle économique ? des abonnements à vocation familiale. Alors que Netflix ne connaissait rien des goûts et envies du public français, son premier défi était constituer un catalogue de films pour conquérir ses premiers abonnés, et les convaincre de rester. Comment faire à l’heure où les réseaux sociaux peuvent défaire une réputation en quelques jours ?

Dès le lancement, orchestré par une communication marketing intégrée (CMI), Netflix choisit de se positionner sur des séries nouvelles et originales. Un ADN proche de ce qui fait la marque Canal Plus, consciemment confirmé par Reed Hastings . Des séries produites pour la maison, plutôt que des films, plus chers à produire et au succès plus aléatoire. En fait, la meilleure recette actuelle pour fidéliser l’audience : des programmes courts et addictifs, renouvelables à l’infini…en tout cas tant que le public suit.

Quelle part du digital dans ce modèle ? L’atout que ne maitrise pas ses concurrents, c’est son algorithme de sélection, développé lui aussi maison. Le même atout qui a permis à Google de prendre > 90 % des parts de marchés des moteurs de recherche dans le monde. Netflix y investit 3% de son chiffre d’affaires. Comment ça marche ? Chaque membre de la famille abonnée est identifié à sa connexion. Si il s’agit de vos enfants, le catalogue proposé sera différent du vôtre. Au fil des visionnages, cet algorithme permet d’identifier de mieux en mieux les goùts et centres d’intérêt personnels de chaque membre de la famille. Ce qui permet de mettre en avant des sélections de catalogue qui donnent envie d’y revenir. Et plus vous revenez, plus l’algoritme est efficace.

Un algorithme dont la leçon principale est acquise dès 2016  : « il existe + de différences de consommation entra un quadra français et un millenium français, qu’entre un millenium français et un millenium américain. les envies de contenus sont générationnelles et très peu culturelles. » Et ce pour l’ensemble des 190 pays couverts.

En contournant l’écueil films par la production de séries exclusives, couplée au développement de son algorithme, le petit gar américain est devenu un big boss mondial, avec de sérieux atouts pour se développer sur la durée. Un an après son ouverture on comptait déjà dans la presse 750 000 abonnés en France très loin derrière le groupe Canal qui en comptait encore 9,5 millions. Trois ans après son ouverture, le doute n’est plus permis : Comptant dans ses rangs un ex DG de Canal +, Netflix représente en décembre 2017 plus de 118 millions d’abonnés Netflix dans le monde dont 1,5 millions en France.

Désormais, ce sont plus de 8 milliards $ que Netflix annonce investir dans ses contenus personnalisés. C’est dire si les quelques millions de production propres à Canal + semblent loin de pouvoir rivaliser longtemps…

Bon représentant du marché visuel dont la maitrise des codes digitaux est passé en trois ans d’émergeante à évidente, Netflix est bien un gars solide, aux ambitions sérieuses, avec une vision mondiale. Il a les moyens d’exister aux cotés des nouveaux « GAFA » de l’entertainment que sont Disney (qui vient d’avaler 21th century fox) ou les ambitions récemment affichées d’Amazon dans ce domaine. »

Mise à jour du 08 novembre 2020 : Chiffres de la SVoD publiés par mediametrie et analysés par webmarketing.com

Mise à jour du 13 février 2019 : 5 millions d’abonnés France Netflix via lemonde.fr, certains parlent désormais des GAGAM et NATU, ou GAFAN (+Netflix) pour l’entertaitnment.

Mise à jour du 28 juin 2018 : c’est perdu pour CanalPlay via numerana.com

Publicité

2 réflexions sur “Quelle place digitale dans le business model Netflix ? Maj 13.02.19 / 08.11.20

  1. marcbosvieux

    Essentiels:
    comprendre les clients (KYC)
    « Au fil des visionnages, cet algorithme permet d’identifier de mieux en mieux les goùts et centres d’intérêt personnels de chaque membre de la famille. Ce qui permet de mettre en avant des sélections de catalogue qui donnent envie d’y revenir. Et plus vous revenez, plus l’algoritme est efficace. »
    et capacité à personnaliser au bon moment « son offre à chaque profil d’abonné. » (Kairos)

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.